[ Répertoriée par le catalogue
SUDOC (n° 15283897X) ]
Numéro ISSN : 2262-3124





Les Fondatrices

Sabine ABRAVANEL-JOLLY (SAJ)
Axelle ASTEGIANO-LA RIZZA (AAL)
Maîtres de conférences en droit privé,
HDR à l' Université Jean Moulin Lyon 3,
Directrice et directrice adjointe
de l'Institut des Assurances de Lyon,
membres de la MAA

Le comité de lecture

Direction scientifique :
Bernard BEIGNIER

Composition du comité de lecture

Pour publier dans actuassurance

Les auteurs universitaires

-Sabine ABRAVANEL-JOLLY (SAJ)
-Axelle ASTEGIANO-LA RIZZA (AAL)
-Adrien BASCOULERGUE
-Philippe CASSON
-Alain DEVERS
-Didier KRAJESKI
-Michel LEROY
-Matthieu ROBINEAU
-Loïc De GRAEVE

Les auteurs praticiens

-Alain AUBRY (Gras Savoye)
-Pierre BICHOT
-Jean-Jacques BRANCHE
-Alain CURTET
-Lionel LEFEBVRE
-Olivier ROUMELIAN

Régles de citation pour un article paru dans la revue Actuassurance

Réflexions, analyses et chroniques :
Auteur, titre de l’article, www.actuassurance.com, année, numéro, analyses.
Actualité jurisprudentielle commentée:
Date de l’arrêt, www.actuassurance.com, année, numéro, act. jurispr., Auteur.
Avis des praticiens :
Date de l’arrêt, www.actuassurance.com, année, numéro, avis. prat., Auteur. Auteur, titre de l’article, www.actuassurance.com, année, numéro, avis prat.
Analyse d’un texte et texte publiés dans la partie actualité législative:
Auteur, titre de l’article, www.actuassurance.com, année, numéro, act. législ.
www.actuassurance.com, année, numéro, act. législ.


Pour nos lecteurs

Demande de conseil
(Sur DEVIS)




 



Augmenter la taille de la police | Diminuer la taille de la police | Reset Taille police telecharger PDF revenir à la page précédente


Cass. 2e civ., 8 déc. 2016, n° 15-26128 

 

Assurance automobile - C. assur., art. L. 113-8 – Délit de fuite non déclaré par l’assuré lors de la conclusion du contrat d’assurance - Fausse déclaration intentionnelle de risques – Nullité du contrat invoquée par l’assureur du fautif – Convention IRCA – Paiement des indemnités aux victimes par l’assureur direct - Recours de l’assureur direct contre l’assureur du fautif – Remboursement d’une somme forfaitaire conventionnelle – Remboursement valant renonciation à invoquer la nullité (non).

 

 

Obs. : De la renonciation de l’assureur à se prévaloir d’une exception de nullité

 

En retenant que le paiement de l'indemnité forfaitaire vaut renonciation de l’assureur à se prévaloir de la nullité du contrat d'assurance, alors qu’il avait, avant le remboursement litigieux, dénoncé la nullité du contrat aux victimes, au FGAO, et à l’assureur direct, la cour d’appel a violé l’article L. 113-8 du Code des assurances.

 

En assurance automobile, aux termes des articles L. 211-9 et L. 211-20 du Code des assurances, l’assureur est tenu de présenter une offre d’indemnisation à la victime, y compris lorsqu’il invoque une exception de garantie légale ou contractuelle. Dans ce dernier cas, afin de ne pas retarder l'indemnisation des victimes, il doit quand même faire une offre « pour le compte de qui il appartiendra » jusqu'à ce que la cause de l'exception soit levée[1]. C’est alors seulement, qu’une fois la victime indemnisée, et l’exception de garantie accueillie, il pourra en demander le remboursement au responsable solvable, ou à un autre assureur ou, à défaut, au Fonds de garantie. Toutefois, lorsque l’indemnisation a été versée par un assureur mandaté par les autres dans le cadre de la Convention IRCA[2], qu’on appelle l’assureur direct, et que, sur recours, l’assureur « pour le compte de qui il appartiendra » rembourse la somme forfaitaire prévue par la Convention IRCA, peut se poser la question de savoir si ce remboursement forfaitaire vaut renonciation à demander la nullité du contrat. L’arrêt commenté répond par la négative à cette question.

Ainsi, à la suite d’un accident de la circulation impliquant deux conducteurs, mais causé par celui qui avait ses enfants à bord, l’assureur direct (du non fautif) a indemnisé les préjudices corporels de toutes les victimes puis a réclamé une somme forfaitaire à l’assureur du conducteur fautif. Celui-ci, ayant découvert que son assuré ne lui avait pas déclaré avoir été poursuivi pour délit de fuite, a demandé la nullité du contrat d’assurance pour fausse déclaration intentionnelle sur le fondement de l’article L. 113-8, et en a informé son assuré, la victime non fautive et son assureur, et le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (FGAOD). Pour autant, en tant qu’assureur « pour le compte de qui il appartiendra », il a procédé au paiement de la somme forfaitaire demandée, puis a assigné son assuré en nullité du contrat d’assurance et l’assureur du non fautif en remboursement de ladite somme. Les juges du fond ont déclaré sa demande irrecevable, au motif que « le paiement de l'indemnité forfaitaire vaut renonciation à se prévaloir de la nullité du contrat d'assurance ». Sur le pourvoi qu’il a formé, la Cour de cassation casse l’arrêt d’appel, estimant que le paiement de l’indemnité forfaitaire ne constitue pas « une renonciation non équivoque (de l’assureur) à se prévaloir de la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle (qu’il) avait, avant le remboursement litigieux, dénoncé aux victimes, au FGAO, et à (l’assureur du non fautif) ».

La solution doit être approuvée car l’assureur « pour le compte de qui il appartiendra » conserve son droit à invoquer la nullité du contrat d’assurance, qu’il règle une somme indemnitaire au stade de l’action, en application du principe de la réparation intégrale, ou une somme forfaitaire sur recours, en application de la Convention IRCA (I). En effet, les règles conventionnelles mises en place par la Convention IRCA ne sauraient en aucun cas écarter le droit de l’assureur à invoquer une exception de garantie dès lors qu’il en a effectivement respecté les modalités (II).

 

I) Maintien du droit de l’assureur « pour le compte de qui il appartiendra » à invoquer la nullité en cas d’application de la Convention IRCA

Comme indiqué plus haut, dans le cadre de la Convention IRCA, l’assureur direct procède au règlement des préjudices subis par la ou les victimes et en réclame ensuite le remboursement à l’assureur du responsable. Simplement, afin de faciliter les recours pour les accidents survenus depuis le 1er avril 2007, les assureurs ont décidé d’un recours forfaitaire, tant pour les préjudices matériels[3] que corporels[4]. Bien entendu, cela ne signifie pas que l’assureur verse un montant forfaitaire à la victime, le principe de la réparation intégrale étant le seul applicable à son égard[5].

En l’espèce, l’assureur direct a indemnisé les préjudices corporels des victimes puis a réclamé la somme forfaitaire, fixée par la Convention IRCA, à l’assureur du fautif qui a procédé à son remboursement en tant qu’assureur « pour le compte de qui il appartiendra », dans l’attente de l’annulation du contrat d’assurance litigieux. Ce dernier assureur ayant agi parce qu’il y était légalement tenu en vertu de l’article L. 211-20 précité, le remboursement de la somme forfaitaire prévue par la Convention IRCA ne peut constituer une renonciation à se prévaloir de la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle.

En effet, les actes manifestant la renonciation doivent être incompatibles avec la prétention de l’assureur[6]. Or, s’il en est ainsi du versement d’une indemnité de sinistre en exécution d’une transaction que l’assureur du responsable a conclue avec la victime, car il ne s’agit pas d’un paiement pour le compte de qui il appartiendra[7], il n’en va, en revanche, pas de même lorsque les versements ont été effectués par l’assureur en exécution d’une obligation légale[8], et alors surtout quand le paiement a été fait « à un moment où l’assureur pensait disposer de recours… »[9].

A cet égard, en l’espèce, l’assureur comptait toujours sur la nullité du contrat au moment du remboursement puisqu’il l’avait « dénoncée » avant. Dès lors, la Cour de cassation a censuré à juste titre l’arrêt d’appel qui avait retenu que l’assureur du fautif n’était pas obligé de « procéder à contribution à première demande … que le paiement de l'indemnité forfaitaire vaut renonciation à se prévaloir de la nullité du contrat d'assurance ». Sa décision était d’autant plus erronée qu’elle indiquait que l’assureur faisait « justement valoir que le paiement d'une indemnité aux ayants droit d'une victime d'un accident de la circulation, tant que la nullité du contrat n'a pas été judiciairement prononcée, est obligatoire pour l'assureur et ne peut pas constituer une renonciation à se prévaloir de la cause de nullité ». A cet égard, il est dommage que la Cour de cassation n’ait pas qualifié précisément le paiement conventionnel fait à l’assureur direct. Elle aurait pu, par exemple, préciser qu’il constitue une forme particulière d’exécution de son obligation de payer « pour le compte de qui il appartiendra », et que son caractère légal justifie d’écarter toute renonciation à invoquer la nullité. Il est également regrettable qu’elle ne soit pas prononcée sur la question de l’action en remboursement intentée par l’assureur du fautif contre l’assureur direct après nullité du contrat. En effet, le paiement forfaitaire ayant une nature conventionnelle, il semble discutable d’en demander le remboursement à l’assureur direct.

Quoi qu’il en soit, la position de la Cour de cassation, bien qu’un peu timide, n’en est pas moins opportune. En effet, elle censure la cour d’appel pour avoir admis, en violation de l’article L. 113-8 précité, une renonciation non équivoque à se prévaloir de la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle, alors que l’assureur direct « … avait, avant le remboursement litigieux, dénoncé aux victimes, au FGAO », et à (l’assureur direct) ». Autrement dit, la Cour de cassation écarte toute volonté de renonciation, au motif que l’assureur a satisfait aux exigences d’information de la victime, du Fonds et de l’assureur direct. Si la solution est à juste titre rendue en faveur de l’assureur du fautif, encore faut-il vérifier qu’en « dénonçant », l’assureur a bien respecté les conditions d’opposabilité de la nullité à ces différentes personnes.

 

II) Respect par l’assureur « pour le compte de qui il appartiendra » des modalités de l’exception de nullité 

Afin de pouvoir valablement opposer une exception de garantie à la victime et au FGAOD, selon l'article R. 421-5 du même Code, l'assureur est tenu d'informer par lettre recommandée avec demande d'avis de réception le Fonds et la victime de toute exception de garantie. Etant précisé que la victime doit être informée personnellement, à l’exclusion de son conseil, ce qui est discutable au regard des effets du mandat[10]. Et, par une interprétation, certes erronée, des termes « en même temps » de l’article R. 421-5 du Code des assurances, la jurisprudence exige une concomitance entre les avis à donner aux victimes, d’une part, et au Fonds de garantie, d’autre part, pour que ce dernier soit tenu d’indemniser les victimes[11]. Or, cette jurisprudence, qui ne fait qu’ajouter des conditions à la loi, rend le droit de l’assureur à invoquer une exception de garantie, qui était déjà strict, particulièrement complexe. En effet, en cas de non-respect de toutes ces formalités, l'exception de garantie est déclarée inopposable à la victime[12].

En ce sens, en l’espèce, lorsque la Cour de cassation indique que l’assureur avait « dénoncé » la nullité du contrat avant le remboursement litigieux aux victimes, au FGAO et à l’assureur direct, c’est probablement qu’il a dû satisfaire aux strictes modalités précitées, mais rien n’est dit sur ce point.

Sabine Abravanel-Jolly,

 Maître de conférences, HDR en droit privé – Lyon 3,

Directrice de l’Institut des Assurances de Lyon,

Vice-présidente de la Section et du Collège d’experts de droit privé de Lyon 3.

 

 

 

L’arrêt :

Sur le moyen unique, pris en sa troisième branche :

Vu l'article L. 113-8 du code des assurances ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que le 14 octobre 2009, alors qu'elle circulait au volant de son véhicule, assuré auprès de la société Assurances du crédit mutuel (la société ACM), Mme X..., qui transportait ses trois enfants mineurs, s'est déportée sur la voie de gauche de la chaussée, en raison d'un moment d'inattention, et a percuté le véhicule de M. Y..., assuré par la société Groupama Centre Manche (la société Groupama), qui arrivait en sens inverse ; que M. Y..., Mme X... ainsi que ses trois enfants mineurs ont été blessés dans l'accident ; que Mme X... a fait l'objet d'une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité ; que la société ACM, exposant avoir découvert que Mme X... avait commis une fausse déclaration intentionnelle en ne déclarant pas lors de la souscription du contrat l'existence d'un délit de fuite pour lequel elle avait été condamnée le 21 juin 2005, a, par lettres recommandées avec demande d'avis de réception du 28 février 2011, informé Mme X..., tant en son nom personnel qu'en sa qualité de représentante légale de ses enfants mineurs, le Fonds de garantie des assurances obligatoires de dommages (le FGAO), M. Y... et la société Groupama de ce qu'elle entendait se prévaloir de la nullité du contrat en application des dispositions de l'article L. 113-8 du code des assurances ; que la société ACM a assigné Mme X... en annulation du contrat et la société Groupama en remboursement des provisions versées à Mme X..., ès qualités ;

 

Attendu que pour déclarer cette action irrecevable, l'arrêt retient que la société ACM fait justement valoir que le paiement d'une indemnité aux ayants droit d'une victime d'un accident de la circulation, tant que la nullité du contrat n'a pas été judiciairement prononcée, est obligatoire pour l'assureur et ne peut pas constituer une renonciation à se prévaloir de la cause de nullité ; qu'il est exact que dans toutes les propositions de versement de provision que la société ACM a faites, il était indiqué que le versement était fait « pour le compte de qui il appartiendra » ; que selon les dispositions de l'article L. 211-9 du code des assurances, en cas de pluralité de véhicules, s'il y a plusieurs assureurs, l'offre est faite par l'assureur mandaté par les autres ; que c'est en application de ce texte, ou par application de la convention IRCA, que la société Groupama a procédé à l'indemnisation de M. Y..., le procès-verbal de transaction signé par les intéressés faisant apparaître la société Groupama comme agissant pour le compte de la société ACM le subrogeant dans les droits et actions de M. Y... contre tout tiers responsable ; que la société Groupama a alors adressé à la société ACM une réclamation afin d'être remboursée de la somme forfaitaire de 1 490 euros, à laquelle la société ACM a fait droit sans réserves par courrier du 9 mars 2011 ; que la société ACM fait valoir qu'elle s'est conformée aux dispositions conventionnelles qui s'appliquent entre compagnies d'assurances, ce qui ne peut valoir renonciation à se prévaloir de la nullité du contrat d'assurance devant le juge ; que s'il se déduit des termes de l'article 7. 1 de la convention IRCA que la société ACM était fondée à engager une action pour faire trancher la question de la nullité du contrat d'assurance sans être tenue par la clause lui imposant la procédure d'escalade et d'arbitrage, il ne résulte nullement de ces dispositions qu'elle se trouvait conventionnellement dans l'obligation de procéder à contribution à première demande ; que dans ce contexte précis et, contrairement à ce qu'affirme la société ACM, le paiement de l'indemnité forfaitaire vaut renonciation à se prévaloir de la nullité du contrat d'assurance souscrit par Mme X... ;

 

Qu'en statuant ainsi, par des motifs impropres à caractériser une renonciation non équivoque de la société ACM à se prévaloir de la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle qu'elle avait, avant le remboursement litigieux, dénoncé aux victimes, au FGAO, et à la société Groupama, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

 

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches du moyen :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 25 août 2015, entre les parties, par la cour d'appel de Caen ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt, et pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Rouen ;

 

 



[1] Cass. 1re civ., 3 janv. 1996, no 94-10.861, RGDA 1996, p. 337. – Cass. 1re civ., 3 févr. 1998, no 95-19.751, Resp. civ. et assur. 1998, comm. 133. – Cass. crim., 19 juin 2007, no 06-87.923, Resp. civ. et assur. 2007, comm. 297 ; RGDA 2007, p. 843, note J. Landel. – Cass. 2e civ., 11 sept. 2008, n° 07-16.340, RGDA 2008, p. 939, note J. Landel.

[2] Mise en place en avril 2002, et refondue en 2010.

[3] Lamy Assurances 2017, n° 3041.

[4] Le recours forfaitaire fonctionne lorsque le dossier comprend l'indemnisation d'une victime atteinte d'une incapacité permanente partielle inférieure ou égale à 5 %. V. Lamy Assurances 2017, n° 3062.

[5] Lamy Assurances 2017, n° 3039.

[6] Lamy Assurances 2017, n° 429 - b).

[7] Cass. 2e civ., 24 mai 2012, n° 11-18136, RGDA 2012, p. 1018, note M. Asselain.

[8] Cass. 2e civ., 19 oct. 2006, n° 03-10667.

[9] Cass. 1re civ., 7 janv. 1997, n° 94-17626, RGDA 1997, p. 120, note J. Kullmann.

[10] Cass. 2e civ., 12 déc. 2013, n° 12-24836, LEDA févr. 2014, p. 3, note S. Abravanel-Jolly.

[11] S. Abravanel-Jolly, Rép. civ. Dalloz, V° Fonds de garantie, n° 123-124.

[12] Cass. 1ère civ., 27 mars 1990, <ref type="jur" refid="1990-03-27_87-10.131">no 87-10.131</ref>, Resp. civ. et assur. 1990, comm. 227 et chron. 11, obs. H. Groutel. – Cass. 2e civ., 9 mars 2004, <ref type="jur" refid="2004-03-09_01-16.269">no 01-16.269</ref>, et Cass. 1ère civ., 4 nov. 2003, <ref type="jur" refid="2003-11-04_01-01.323">no 01-01.323</ref>, Resp. civ. et assur. 2004, no 123, obs. Groutel. – Civ. 2e, 7 févr. 2013, n° 11-26383, LEDA Avr. 2013, p. 1, note S. Abravanel-Jolly ; www.actuassurance.com 2013, n° 30, note Ph. Casson. – Crim., 1er sept. 2015, n° 14-83357, Resp. civ. et assur. 2015, n° 341, note H. Groutel.







 





 
Sabine Abravanel-Jolly
vous informe de la récente parution de la deuxième édition de son:

manuel de Droit des assurances,

en janvier 2017, à jour de la réforme du Droit des obligations



Acheter le livre
chez Ellipses



Axelle Astegiano-La Rizza
vous informe de la récente parution de:

Les Assurances de responsibilité
de l'Entreprise

Acheter le livre sur
L'ARGUS de l'Assurance




Loïc Degraeve
vous informe de la récente parution de:

DROIT DES ASSURANCES



Les autres publications
des auteurs d'Actuassurance


S.Abravanel-Jolly
- JurisClasseur Responsabilité civile et Assurance, Fasc. 280-10 et 280-20, Droit à indemnisation et Procédure d’offre en assurance automobile, éd. 2016, à paraître ; - Lamy Associations, Assurance des associations, à paraître (co-écrit avec A. Astegiano-La Rizza) ; - Code des assurances Litec 2017 : Commentaires des articles L. 111-1 à L. 111-8 (dispositions générales communes aux assurances de dommages et de personnes) ; des articles L. 122-1- à L. 122-9 (assurances incendie) ; des articles L. 125-1 à L. 125-6 (catastrophes naturelles) ; des articles L. 128-1 à L. 128-4 (risques technologiques) ; de l’article L. 133-1 (assurance contre les risques d’invalidité ou de décès) ; des articles L. 211-1 à L. 211-27 (assurance automobile) ; de l’article L. 212-1 (bureau central de tarification) ;des articles L. 215-1 à L. 215-4 (assurance habitation) ; Annexe 1 (Accidents de la circulation) ; Annexe 4 (Convention AERAS) ; de l’article R. 114-1 (compétence juridictionnelle). - Manuel de droit des assurances, Ellipses, 2e éd. 2016, à paraître.


A.Astegiano-La Rizza
- Code des assurances Litec 2017 : Commentaires des articles L. 112-1 à L. 112-8 (conclusion du contrat d’assurance, preuve, forme et transmission des polices, obligations de l’assureur et de l’assuré); de l’article. L. 113-6 (Redressement judiciaire de l’assuré); des articles L. 113-12 à L. 113-16 (Tacite reconduction, résiliation du contrat d’assurance); des articles L. 114-1 à L. 114-3 (Prescription biennale). - Lamy Associations, Assurance des associations, à paraître (co-écrit avec S. Abravanel-Jolly). - Abus et assurances in RGDA 2016, n° 11 (à paraître).


 



Bernard JOFFRAUD - MEKANOWEB